CatégoriesEn bonne compagnie • Scène
Mots clés •  •  • 
StyleConcert poétique
Durée60'
PublicTout public
CompagnieBaladins d'Icarie

Chanson de geste pour Montségur et Puivert

Le Chant des Brûlés, ou « lo cant dels cremats » en occitan, s’inspire de l’épisode historique durant lequel, en 1244, plus de deux cent parfaits cathares et croyants furent brûlés vifs au pied du château de Montségur. Cette rêverie poétique de la compagnie Les Baladins d’Icarie rend hommage à la civilisation des troubadours.

« Je suis passionné depuis mon enfance par la Civilisation des Troubadours en général, par la Croisade des Albigeois en particulier. Le Chant des Brûlés vient du Champ des Cramés, lo prat dels cremats en occitan, le lieu où, le 16 mars 1244, furent brûlés vifs Dame Corba de Péreille, sa mère, sa fille, et plus de 200 Parfaits cathares et croyants, au pied du château de Montségur, en Ariège. Cette création, en français et en occitan, avec des musiciens que j’admire et apprécie, revisitant des chansons du XIIe au XIIIe siècle, est une Ode, un hommage, à la Dame de Montségur et aux Parfaits, mais surtout à cette civilisation des Troubadours, qui s’étendait de l’Océan à la Méditerranée et jusqu’au Piémont italien, de l’Auvergne à la Catalogne, où la Femme était (presque) l’égale de l’Homme, où les valeurs de partage et de convivialité étaient de mise: ces valeurs qui sont toujours pour moi, et plus que jamais, d’actualité ! »   E. Fabre-Maigné

Le Chant des Brûlés a été enregistré à Toulouse à l’automne 2017, pour le label Troba Vox.

Elrik Fabre-Maigné récitatif en français et écriture
Caroline Dufau récitatif en occitan, tun-tun (tambourin à cordes)
Éva Fogelgesang chant, harpe, rebec
Christophe Deslignes orgue portatif, flûte

Document(s) joint(s)

Nombre de document : 1